Héclatombe - Eclosion

27/10/2017

Tableaux & Paroles, Clameur(s) anonyme(s) & Guayaki


Deux textes( Héclatombe et Racines vagabondes), dont l'oeuvrier a souhaité rester anonyme, engendrent trois tableaux (Eclosion 1 / 2 /3) signés Guayaki.


Héclatombe

Le chemin qui mène à la vérité passe par l'exil de la folie.
Point de folie sans véritables et farouches démesures,
sans nos poings hostiles au style de la quiétude,
car le chemin qui mène à la vérité passe par une quête inquiète.

Qu'en penses-tu ?

Partout trouve, quitte et regarde en face
les lambeaux des racines,
la mort sauvage de la terre
qui tremble
et puise sa force dans la colère
épuise sa force dans le saccage.

Quand penses-tu ?

Qui es-tu de l'homme civilisé
ou de l'animal féroce
Hein qui es-tu de l'océan angoissé par sa perpétuelle tempête
ou de la rivière paisible
qui ressource et étourdit
celui qui ose renoncer
et choisit.

Quand penser tue
Panser plaît
alors que pense-ment
sur les tripes sur les plaies
ne fait pas voyager
vers l'indicible vérité
l'impansable
des espoirs
des esprits
des enchantés
écorchés, mutilés
et de leur corps palpitant
dans leur coeur qui saigne

C'en est fini d'hier
mais deux mains
et debout
engouffre le chemin tortueux
dévore-le
Qu'il remue
un peu(t)
creuser le creux
d'un morceau vague de la terre
qui tremble
et puiser sa force dans la lumière
épuiser sa force pour la beauté d'une étincelle
à la racine d'une cîme
qu'il croit pouvoir atteindre
mais qui l'attend sans jamais l'étreindre
le temps, sel pour l'éteindre
laisse descendre les cendres,
point de suspension

Mais...

Poings suspendus à l'ivraisse des visions
sans crainte de l'inconnu et sans tremblement,
ultimes conditions
pour nommer l'invisible
et faire jaillir le feu sur le chemin qui mène à la vérité
avec l'allumette de la folie
qui part en exil

La flamme peut alors éclairer la liberté
langage d'un songe ardent et abrupt,
d'une furie tranquille.